Gérard Mulot

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Boutique Gérard Mulot et deux laboratoires.
Recommandations/ Concepts/ Esquisse/ Faisabilité

1/ CONCEPT GLOBAL

1-A : ELEMENTS DE PROGRAMMATION

– Augmenter les performances de l’outil de travail
L’objectif de cette opération est de soulager la production rue de Seine par la création de deux laboratoires (macarons et chocolats) dans le 13eme arrondissement.
Ceux-ci, plus adaptés et plus performants « desserviront » le magasin de Saint Germain des Prés ainsi que celui de la rue de la Glacière, créé à cette occasion.

– Valoriser ce nouvel outil
A cette occasion, il est souhaitable de communiquer sur la fabrication artisanale des produits de Gérard Mulot et la façon magique par laquelle ils sont élaborés.
La clientèle apercevra certaines zones des deux laboratoires et sera initiée aux étapes les plus spectaculaires ou poétiques de la fabrication du chocolat ou de l’assemblage d’un macaron.
Un nouveau point de vente sera créé et exprimera clairement l’univers particulier de la marque.

1-B : L’UNIVERS DE LA MAISON GERARD MULOT

– Tradition, modernité, créativité
Les produits proposés oscillent entre ces trois notions.
Issus d’une connaissance artisanale unique, fruit de 25 années d’expérience et de recherche, leur élaboration et leur commercialisation répond aux exigences de la clientèle d’aujourd’hui.
Hauts en couleur, audacieux en saveur, ils doivent absolument dicter l’identité visuelle du lieu.

– Une enseigne parisienne
La boutique mère est rue de Seine et répond à une certaine idée de la «vie parisienne»

– Une signature
Les «gourmands-gourmets-gastronomes» reconnaissent les macarons de chez Mulot et le «coup de patte» du créateur. Ils devront identifier facilement la devanture d’une Maison Mulot.

1-C : ENVIRONNEMENT VISUEL

– Des formes
Les produits de la Maison Mulot ont des formes et une structure identifiée, le gâteau à la crème de pistache et aux figues, les chocolats marqués de signes cabalistiques, les macarons présentés comme des accumulations de sphères sont autant de références pouvant-être retranscrites architecturalement.

– Des couleurs
Les pâtisseries, notamment les macarons, sont teintés d’une variété incroyable de couleurs culinaires: jaune citron, jaune bouton d’or, marron clair, mauve, rose fuchsia.
Celles-ci évoquent la fraîcheur des produits et la qualité des parfums, au même titre qu’un bouquet de fleurs. Le cône de macarons est un élément phare de l’univers de la Maison.
Il évoque par ailleurs les grandes fêtes des parisiens d’aujourd’hui.

– Un spectacle
Cuisiner est un spectacle. L’histoire de l’élaboration d’un chocolat est aussi intéressante que le chocolat lui-même. La façon magique par laquelle les pâtissiers préparent la crème des macarons, le dosage savant de parfums de fruits et d’épices, le dosage des couleurs, les assemblages sont autant d’étapes secrètes et poétiques qui donnent envie de regarder par le trou d’une serrure. Regarder ce qui est interdit de voir.

1-D : RECOMMANDATIONS

– Déclinaison des formes (voir planche n° 1)
Nous proposons d’utiliser pour les espaces accessibles au public, différents types de matériaux martelés qui évoquent bien, pour nous, les rangées de macarons et de chocolats ainsi que le travail minutieux de l’artisan. Cuivre et etain martelés ou structurés, pâte de verre… 

– Déclinaison des couleurs (voir planche n°2)
Il pourrait-être intéressant de reproduire les couleurs des macarons et les composer comme cela à été fait par Gérard Mulot pour l’élaboration du cône. Le cône devenant icône.

La retranscription architecturale pourrait aboutir à un vitrail contemporain, Gérard Mulot, une composition de petites faïences ou de carrelage pour revêtir des fragments de murs ou de sol (carrelage aux couleurs Gérard Mulot). Il faudrait utiliser le fameux rouge fruité des sacs et boites de la Maison.
Cependant, il faudrait alterner aux couleurs chatoyantes des teintes plus « sages » pour que la lisibilité reste efficace.

Nous pensons que l’utilisation de couleurs dites classiques et parisiennes pourraient mettre en valeur les motifs colorés. (blanc ivoire RAL 1015) à l’image de certaines boutiques parisiennes, utilisation d’un gris légèrement teinté. 

– Une mise en scène en deux étapes
Rien ne serait plus poétique que de percevoir de la rue, au petit matin, les lumières des laboratoires derrière un vitrage translucide, de percevoir les silhouettes des pâtissiers et d’imaginer le fourmillement dans les « coulisses ».
Découvrir ensuite à l’entrée du magasin certaines zones des laboratoires, dévoilant les étapes les plus spectaculaires de la fabrication du chocolat ou de l’assemblage d’un macaron, à travers de petites fenêtre pour créer une confidentialité.

Il faudra travailler avec précision la lumière, la position et la qualité des « trous de serrure ». Nous prévoyons par ailleurs un écran vidéo présentant en live ou en différé, certains évènements majeurs dans le laboratoire (réalisation d’une pièce exceptionnelle par exemple).
Nous proposons une véritable mise en scène des produits par une lumière adaptée, projecteurs multiples sur variateurs, sans grande source de chaleur, éclairant certaines zones de la boutique, avec une ambiance particulière la nuit.
Les zones nécessitant un éclairage plus intense recevront une lumière adaptée.
L’implantation du mobilier dans la boutique participera à la mise en scène selon les disposition décrites au titre 2C.

2/ PROJET
2-A : REPARTITION ET IMPLANTATION DES ACTIVITES DANS LE LOCAL
2-B : LA FACADE (voir planche n°3)

– Généralités
La façade répond aux éléments de programmation et aux objectifs esthétiques précédemment citées.
Composée d’un coffrage en bois peint blanc-ivoire sur toute la longueur et d’un store d’une dominante gris imprimé des signatures « Gérard Mulot », elle apparaît comme un écrin greffé sur la façade générale de l’immeuble.
Alternée de matériaux lisses (coffrage en bois peint laqué) et de matériaux tactiles, elle est à la fois classique et contemporaine. Rehaussée d’une modénature colorée en verre sérigraphié peint ou teinté, comme un vitrail contemporain à l’image des macarons, elle joue pleinement son rôle.

– Les laboratoires
Ainsi que nous l’avions recommandé, les deux laboratoires, de part et d’autre de la boutique reçoivent en façade une pâte de verre, aux finitions contemporaines. On devine alors les casseroles en cuivre, les chefs et les marmitons.

– Le magasin
Flanquée d’un verre transparent recevant la signature de Gérard Mulot, la façade du magasin comporte une double entrée monumentale et une sortie discrète (pour éviter la confusion entrée/sortie). Le vitrage en façade se retourne dans le magasin au niveau de l’entrée créant ainsi un vestibule, une attente, comme celle d’un bijoutier. Ici, la clientèle bénéficie d’une vue « impressionniste » sur le laboratoire à travers une paroi vitrée alternativement opaque, translucide avec de petites transparences ponctuelles.
Nous recommandons de ne pas éclairer la façade la nuit sauf quelques logos, toute l’ambiance lumineuse viendra du magasin éclairé et de la lumière des laboratoires.

2-C : LA BOUTIQUE

– Son organisation générale
L’originalité de la boutique réside dans l’idée qu’il n’est plus utile d’attendre un client derrière un comptoir.
Le client n’entre pas dans une pâtisserie ou une charcuterie mais il va visiter la Maison Mulot.
De fait, la boutique est traitée comme une galerie culinaire. Le visiteur est accueilli par une vendeuse (ou hôtesse), qui l’accompagne et lui fait découvrir les différents thèmes et produits proposés. Il choisit ce qui lui fait plaisir et se rend vers la caisse.
Il peut trouver à sa disposition une jolie méridienne si l’attente se fait trop longue et regarder les animations proposées par l’écran vidéo.
En fond de boutique le visiteur peut apercevoir les coulisses, zone tampon avec les laboratoires, d’où arrivent les échelles et ou sont joliment stockées les boites de chocolat

– Design et merchandising
Ici, nous appliquons les objectifs esthétiques cités en recommandation.
Le sol du vestibule est traité par une mosaïque de carreaux, aux couleurs des macarons et inscrits dans une résine.  L’ensemble des murs et plafond sera traité avec une peinture laquée blanc-ivoire, en alternance avec un gris mat teinté.
Les murs séparant la boutique des laboratoires devront être vivants et attractifs, ils seront traités en verre sablé ou sérigraphié avec de petites transparences ponctuelles et éclairés afin de percevoir, avant de voir.

– Son équipement

2-D : LE LABORATOIRE MACARONS
– Son organisation générale
– Son équipement
– Son évolution possible
– Aspects techniques

2-E : LE LABORATOIRE CHOCOLATS
– Son organisation générale
– Son équipement
– Son évolution possible
– Aspects techniques

2-F : LES PIECES DE SERVICE
– Dénomination et description

2-G : LES BUREAUX ET PIECES ANNEXES (premier étage)
– Implantation générale
– Design
– Equipement
– Aspects techniques

3/  CONTRAINTES TECHNIQUES
– Sécurité incendie
– Climatisation
– Puissance électrique

4/  CONTRAINTES ADMINISTRATIVES
– Généralités
– Déclaration de travaux
– Modification de façade
– Autorisation diverses

5/ LES ASPECTS FINANCIERS

Publicités
Cet article a été publié dans Architecture commerciale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.