Concours pour le Pavillon français à Osaka.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Projet présenté en 1991 par Gilbert Lézénes Co-auteur de « l’Institut du Monde Arabe ».
Xavier Lavergne chef de projet et chef d’agence.
Sur un terrain au bord de la mer, au « Cosmo-Centre » d’Osaka, une parcelle triangulaire pour accueillir les 6000 m2  du Pavillon français.
Ce centre culturel et commercial reçoit un cinéma à écran de plafond, un musée du vin, deux restaurants et un grand centre exposant les produits français.

Le parti architectural retenu est de proposer aux visiteurs japonais un véritable parcours initiatique.
De l’extérieur, on devine les jardins du pavillon, selon une vue floue et impressionniste à travers le grand portail. Le visiteur s’élève en haut du sémaphore et pénètre dans la salle du cinéma ou seront projetés des films sur la culture française. Puis, comme une pièce d’horlogerie, la salle du cinéma tourne et oriente le public vers la partie du sémaphore ouverte sur les jardins. les visiteurs reçoivent la lumière et découvrent le bâtiment d’en haut. Celui-ci est composé de deux coteaux géométriquement identiques. L’un de terre et de vignes, l’autre de métal. En redescendant vers le coteau de vignes, le public japonais découvrira le musée du vin, dont le parcours est vertical. La visite de l’Ampélographie aux quatre saisons, la vinification, puis l’oenologie, se pratique en s’enfonçant peu à peu dans le sol. Nous découvrons la coupe géologique sur la terre de France, et aboutissons en fin de parcours vers la pyramide des sens, lieu de dégustation. Une petite porte s’ouvrira et les visiteurs pourront accéder à l’autre coteau, celui en métal, qui couvre le Marché.
Là, les artisans français attendront les visiteurs pour proposer leurs produits exposés avec poésie et originalité selon le concept de la douce France. Un café français et un restaurant sont implantés sous les arcades et sont accessibles depuis l’extérieur.

Xavier Lavergne a souhaité développer quelques années plus tard deux lieux magiques:
Le musée du vin et notamment « les quatre carrés de l’ampélographie« , ainsi que le « Show-room à fromages« .


Publicités
Cet article a été publié dans Etablissements culturels.. Ajoutez ce permalien à vos favoris.